HypnoSexo, le site de l'Hypnose et de la Sexologie
La Revue des Praticiens en Hypnose et Sexologie, dirigée par Joëlle Mignot

Sexualité et société : représentations et impact sociétal



Par Océane Plancke
Revue Sexualités Humaines n°39


Introduction

Le but de notre propos n’est pas de distinguer une sexualité masculine d’une sexualité féminine, mais au contraire de les réunir, à travers leurs représentations, leurs tabous et leurs difficultés. Car finalement quels que soient notre statut social, familial ou notre orientation sexuelle, nous avons tous à construire notre sexualité et nous sommes tous susceptibles de rencontrer des obstacles dans celle-ci et ce tout au long de notre vie. Il s’agit ici de donner un éclairage sur les interactions entre le sujet, la sexualité et la société. Nous avons tenté de mettre en lumière le concept de sexualité, une notion difficile à définir car propre à chacun.

Entre libération et injonctions

Incontestablement, la société a beaucoup progressé dans l’expression de la sexualité. Néanmoins, comme l’indique Alexia Bacouël, il existe un gouffre entre les représentations de sexualité libre offertes par les médias et la réalité. La sexualité des hommes et des femmes va être conditionnée par cela. Si nous prenons l’exemple des magazines féminins, les articles qui y figurent tournent souvent autour du sexe. Les magazines y livrent des sortes de recettes miracles, de pratiques sexuelles en vogue ou incontournables. Ainsi, on trouve des titres évocateurs comme : « 3 façons d’avoir un orgasme (à coup sûr) ; « La fellation, le ciment du couple ? » ; « 50 nuances de Grey ou 5 règles pour se mettre au SM soft ». Seulement la sexualité ne peut se réduire à ces titres provocateurs et caricaturaux. Elle est un vaste sujet dont la réalité s’avère bien plus complexe. Il ne suffit pas de suivre « ces conseils » pour parvenir à la jouissance et à une vie sexuelle épanouie. Il semble important de distinguer deux termes souvent confondus. Le plaisir d’une part, que nous pouvons qualifier de sensation, de ressenti positif. D’autre part, la jouissance qui serait plutôt le paroxysme du plaisir, le nirvana ou l’orgasme. L’orgasme submerge les sujets d’une vague de plaisir. Cette perte de contrôle du corps peut distinguer le plaisir de la jouissance. La sexualité est donc une source de plaisir pouvant aller jusqu’à la jouissance. Ce plaisir et cette jouissance appartiennent à la sexualité au sens large. Celle-ci ne peut se réduire à l’atteinte de la jouissance. Nous allons voir qu’il existe bon nombre d’idées reçues qui oppressent les hommes et les femmes dans l’expression de leur sexualité.

Des injonctions qui font pression

Une idée plane souvent au-dessus de nous : l’idée que l’orgasme serait la conclusion, l’aboutissement obligatoire à tous rapports. Ces représentations peuvent être ressenties par les individus comme des injonctions. Pour les femmes comme pour les hommes, l’orgasme représenterait le Graal à atteindre à tout prix, sans cela la sexualité ne serait pas épanouie, le bonheur impossible. Le plaisir ne se réduit pas à l’orgasme, il n’en représente qu’un court instant. Bacouël note que « le chemin qui mène à l’orgasme est tout aussi important que l’orgasme lui-même. […] La génitalité n’est pas la seule source de plaisir ».


Joëlle Mignot
Joëlle Mignot est psychologue clinicienne spécialisée en sexologie clinique et en hypnose... En savoir plus sur cet auteur


Rédigé le Vendredi 28 Décembre 2018 à 17:18 | Lu 83 fois modifié le Vendredi 28 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Hypnose et Sexologie | Vidéos | Sexualité