HypnoSexo, le site de l'Hypnose et de la Sexologie
La Revue des Praticiens en Hypnose et Sexologie, dirigée par Joëlle Mignot

Traumatismes sexuels et obésité. Pierre DALARUN



Pierre DALARUN, PsychothérapeuteARS. Psychomotricien DE. Consultant en santé sexuelle.


1. COMPRENDRE L’ÉCLAIRAGE D’UNE APPROCHE PSYCHOCORPORELLE

INTRODUCTION
Parmi les femmes en situation d’obésité que j’accompagne en thérapie psychomotrice, j’ai constaté qu’une majorité d’entre elles avaient subi des violences sexuelles. Il s’avère que l’obésité ou le surpoids, liés le plus souvent à des troubles des conduites alimentaires de type hyperphagique, se présentent avec une occurrence significative comme des symptômes secondaires à ces violences. Ce constat questionne d’abord sur la nature des liens entre les violences sexuelles, les troubles alimentaires et la prise de poids : quelle est la fonction de l’hyperphagie ? Quelle est la fonction du gros corps ? Quels sont les signes cliniques à repérer ? Ce constat questionne ensuite sur la méthodologie thérapeutique à adopter face à l’intrication des aspects corporels, psychologiques, traumatiques, émotionnels et sexuels. L’effraction corporelle et psychique que ces femmes ont vécue, doublée du regard sociétal stigmatisant à l’égard du gros corps, nécessitent avant tout d’instaurer une relation thérapeutique respectueuse et contenante. Le premier enjeu de cette relation est de recréer une sécurité interne afin de remettre en mouvement une dynamique émotionnelle anciennement figée et aussi qu’elles intègrent leur histoire personnelle. Le deuxième enjeu est de restaurer des liens positifs avec l’image de leur corps et avec la nourriture. Le troisième enjeu est de construire ou de reconstruire une relation a l’autre sécurisée et apaisée. Enfin le quatrième enjeu est d’instaurer ou de réinstaurer la sexualité de manière positive.

POIDS IDÉAL, CORPS DÉSIRABLE ET INÉGALITÉS DE GENRE

Le corps n’est pas désirable de la même manière pour les femmes et pour les hommes selon leurs corpulences. Pour les femmes, la beauté est ramenée à une norme de minceur. Pour les hommes, la beauté est associée à un corps musclé donc plus volumineux. Ces inégalités qui reflètent la domination masculine dans la société ont un impact dans les rapports de séduction mais aussi dans la hiérarchie socioprofessionnelle. La recherche de minceur chez les femmes est le plus souvent liée à une intention d’éviter les stéréotypes liés à l’obésité et d’échapper à la grossophobie qui est l’un des traits du sexisme. Les femmes sont donc implicitement plus soumises que les hommes à avoir des pratiques alimentaires et sportives visant à modeler leur corps pour se rapprocher du poids idéal et d’un corps désirable. Derrière les raisons esthétiques se cachent souvent des motivations liées à la séduction et à la recherche d’un compagnon. Ainsi les femmes sont-elles deux fois plus enclines que les hommes à faire des régimes (2). Par ce fait elles présentent une plus forte disposition à contrôler leur alimentation et donc développer des TCA. 

Lire la suite


Joëlle Mignot
Joëlle Mignot est psychologue clinicienne spécialisée en sexologie clinique et en hypnose... En savoir plus sur cet auteur


Rédigé le Mardi 26 Mai 2020 à 12:46 | Lu 66 fois modifié le Mardi 26 Mai 2020

Nouveau commentaire :

Hypnose et Sexologie | Vidéos | Sexualité